« 3°3 : un shaman nous initie à la sarbacane »-

Visite de l’îlet à Ramiers le 16 septembre lors des Journées du Patrimoine

 

Samedi 16 septembre – RV à 7h30 sur la plage de l’anse à l’âne pour aller visiter le fort de l’îlet à Ramiers

L’aventure commence quand nous nous installons sur le bateau à moteur qui file sur l’eau en direction de l’îlet à Ramiers. Fous rires quand nous débarquons face à un capitaine qui crie des ordres. En fait, il fait partie de l’association Karisko qui organise la visite de l’îlet pendant les journées du patrimoine. Il est déguisé et nous donne des ordres, dans un jeu de rôle où nous sommes des soldats du fort.

Puis la visite du fort commence. Nous apprenons qu’il date du XVIIIème siècle et qu’il est construit sur un îlet d’origine volcanique de type strombolien. On n ‘a pas toujours tout compris, surtout quand une historienne rigolote nous a parlé de l’histoire du fort avec des mots compliqués et que presque personne n’écoutait. On a quand même retenu que ce fort servait à défendre la baie de fort de France contre les ennemis arrivant par bateau. Il faisait partie d’un système de défense par triangulation (trois forts) pour défendre la baie avec le fort St Louis et la batterie de la Pointe des Nègres. Au XVIIIème siècle, il y avait de nombreuses contre les Anglais qui voulaient prendre l’île pour posséder les plantations de canne à sucre, car le sucre se vendait cher en Europe.

Puis, d’un coup, est apparu un shaman, un sorcier amérindien, gesticulant, habillé d’un pagne et d’une coiffe à plumes. Il criait, donnait des ordres, parlait vite. Il nous a entraînés dans une salle où, surprise !!! on nous a mis des sarbacanes dans les mains et nous avons appris à tirer sur des cibles. Kilyan, Inès, Marine, Kassandra et Swann ont été les plus habiles.

Puis le shaman nous a expliqué le jeu d’lo. D’abord, on n’a rien compris. En fait, c’était un jeu avec deux équipes. Chaque équipe devait apporter de l’eau dans un récipient à l’aide de morceaux de bambous tenus bout à bout par plusieurs élèves. Et on devait suivre un chemin constitué de cerceaux. On a bien ri et la deuxième fois, la solidarité a bien fonctionné. Mais on n’a pas ramené beaucoup d’eau dans le bocal…

Le dernier jeu consistait en un casse-tête amérindien où il fallait délivrer un bout de bambou en le faisant passer par des cordelettes….

On est ensuite retourné sur la plage de l’anse à l’âne en bateau.

C’était une belle matinée, cool, rigolote. On a aussi appris que le fort faisait partie du patrimoine de la Martinique et que l’association Karisko l’entretenait. Si vous avez l’occasion, visitez-le !!!!!