Témoignage tutrice ALVE

 L’assistant de langue vu par l’enseignant

Continuons notre série avec Ainhoa PACIFICO, professeure d’espagnol au Collège J. Lagrosilière de Sainte-Marie qui témoigne de son expérience avec l’assistant de langue vivante :

ainhoa1

 

  1. Pourquoi avez-vous choisi d’accueillir un ALVE ? 

L’intervention d’un ALVE dans les classes de langue étrangère permet aux élèves de se rendre compte de la réalité de la langue qu’ils apprennent. Ils rencontrent quelqu’un d’un pays étranger qui leur fait part de sa vie «ailleurs» et leur montre une autre façon de vivre. Aussi, cela permet aux élèves d’entendre la langue « en direct».

  1. Qu’est-ce que cela suppose d’accueillir un ALVE?

Certains collègues me demandent souvent à quoi ça me sert d’avoir un assistant, puisque je suis espagnole moi-même. Et bien, c’est simple : les accents changent en fonction de la région d’origine. Les élèves sont trop habitués à ma façon de parler et cela leur fait du bien d’entendre une autre personne. Aussi, je suis leur professeur et ce n’est pas la même approche de la langue. L’assistant est là pour apporter une dimension culturelle que, bien souvent, nous laissons de côté pendant les cours par manque de temps.

  1. Avez-vous déjà eu un ALVE les années précédentes ?

Oui, Sergio est déjà le 4ème assistant avec lequel j’ai la chance de travailler.

photo-souvenir

  1. Quelle plus-value ?

L’intervention de l’assistant permet d’appréhender l’apprentissage de la langue autrement, en lui donnant une dimension culturelle et en apportant une authenticité aux enseignements.

  1. Quel projet(s) avec l’assistant y compris au bénéfice de  l’ouverture à l’international ?

Au début, je n’avais pas de projet pour les assistants, mais je me suis vite rendu compte que son intervention auprès des élèves n’était pas aussi intéressante qu’elle le devrait, surtout au collège. C’est pourquoi, depuis 2 ans, on enchaîne les petits projets avec eux. On les change chaque année et on s’améliore au fur et à mesure (en tout cas je l’espère).

Je suis particulièrement satisfaite et fière du travail que l’assistante de l’année dernière a réalisé avec une classe de troisième, un projet qui portait sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, dont ils ont créé un « google maps ». Les élèves ont travaillé en collaboration avec un collège de Madrid, où chaque élève avait son correspondant, et il y a eu même de rencontres virtuelles sur Skype. http://intercambioespagno.wix.com/doscaminosundestino?fb_ref=Default.

Seul point « négatif », nous n’avons pas eu le temps de finir la carte interactive avant le départ de  Virginia, l’assistante; Avril est arrivé si vite… ! J’espère que les élèves ont gardé le contact avec leurs correspondants…

Cette année nous avons 2 projets en vue : un « voyage virtuel » en Espagne pour connaître les fêtes et la gastronomie de plusieurs villes, et la création d’un jeu de société sur l’Espagne, sa langue et sa culture.

Je pense que notre assistant dispose de tous les ingrédients pour réussir son année: une salle informatique à sa disposition, des élèves motivés et des projets motivants pensés pour lui et avec lui… .

A Sergio de jouer maintenant. Je lui fais confiance !

Coopération éducative

Coopération éducative : Visite d’une délégation de la Louisiane

 

Une Délégation de la Louisiane en mission éducative et universitaire a été accueillie dans notre académie. La délégation  était composée à la fois d’universitaires, du Directeur du CODOFIL (Conseil pour le Développement du Français en Louisiane) et de représentants d’établissements secondaires.

photo1

Cette mission, co‐organisée par l’Université des Antilles, l’ESPE et l’académie de la Martinique, s’inscrit dans la construction d’actions de coopération éducative.

Parallèlement aux différents travaux menés avec l’université (signature de convention avec la prestigieuse Louisiana State University – LSU) et l’ESPE au cours de cette visite, la délégation de la Louisiane a souhaité échanger avec la rectrice de l’académie de la Martinique sur les enseignements de la langue vivante régionale tant dans le 1er que dans le 2nd degré, ainsi que sur l’enseignement de l’histoire.

En effet, un projet de convention avec l’académie intitulé « Martinique/Louisiane, Terres créoles d’Amériques » est à l’étude.

Afin d’illustrer ces différentes thématiques, la délégation de la Louisiane a été  accueillie au Lycée Montgérald du Marin, où leur ont été présentés un cours de créole en classe de 1ère ainsi qu’une démonstration de belè (danses et musiques).

Cette visite sera suivie  du développement d’un partenariat avec un lycée de la Louisiane autour de la problématique de « Mémoires partagées »

photo2

Cours de créole dispensé par Mme Mina ADELE, professeur d’histoire et géographie et de créole du  LGT Montgérald du Marin

photo3

photo4

Démonstration de belè par le club du lycée sous la houlette de Mme Adèle

photo5

Echanges entre les élèves de créole et Charles Laroque, Directeur du CODOFIL

photo7

La délégation a ensuite assisté à un cours de créole à l’École de Sarrault dispensé par l’animatrice de créole de la circonscription du Lamentin. Cette venue s’est inscrite dans le cadre d’un projet de correspondance classique et électronique entre les élèves de l’école de Sarrault et l’école de Lafayette, Louisiana « Myrtle Place Elementary ».

École de Sarrault Lamentin : Cycle 3

photo6

Cette mission a été un franc succès et augure d’échanges structurés et fructueux dans les mois à venir entre ces « Terres créoles d’Amériques »!

En direct du QUEBEC

Bienvenue à  Lori, ambassadrice du Collège Laflèche du Québec !

 

Suite à la présence du Collège Laflèche au Salon du Lycéen et de la Jeunesse en février dernier, une démarche innovante d’approfondissement des contacts et de diffusion de l’information est initiée par cet établissement. Ce projet s’inscrit dans le cadre du partenariat en cours d’élaboration de l’académie de la Martinique avec le Comité International Mauricien de l’Education dont le Collège Laflèche est membre.

lorie

A ce titre,  Lori Du Sault-Massicotte, diplômée et ambassadrice du Collège Laflèche, institution d’enseignement supérieur au Québec, Canada est présente en Martinique pour une durée de 2 mois.  L’objectif de cette mission est de rencontrer des jeunes qui désirent poursuivre leurs études au Québec et de leur présenter l’offre de formation du Collège Laflèche qui se distingue par ses programmes d’études mais également par l’encadrement personnalisé qui est offert aux étudiants. Les programmes offerts aux étudiants internationaux sont les suivants dans les pré-universitaires (2 ans, tremplin pour poursuivre des études supérieures à l’université):

– Histoire et Civilisation

– Sciences de la nature

– Sciences humaines, également offert en option bilingue

Techniques (3 ans, accès direct au marché du travail ou pour poursuivre des études supérieures):

– Éducation à l’enfance

– Intervention en loisir

– Archives médicales

– Tourisme

– Gestion hôtelière et d’établissement de restauration (2 diplômes en 3 ans)

– Commercialisation de la mode

– Pilotage professionnel d’aéronefs

 Les établissements désireux d’accueillir la chargée de mission et ambassadrice du Collège LAFLECHE peuvent la contacter directement : à Lori.DuSault-Massicotte@clafleche.qc.ca

Nous lui souhaitons la bienvenue et un fructueux séjour à la Martinique !

Témoignage tutrice ALVE

 L’assistant de langue vu par l’enseignant

Dans le cadre de la formation annuelle des assistants de langue et des  tuteurs, la DAREIC vous propose une série d’interviews d’enseignants qui ont généreusement accepté de partager leur expérience avec ce témoin vivant d’une langue et d’une culture venu des quatre coins du monde ! Qu’ils en soient vivement remerciés !

Commençons notre série avec Nathalie Cancel, professeure d’anglais au lycée Victor Schoelcher de Fort de France, qui accueille dans son établissement, tous les ans, des assistants de langue vivante étrangère (ALVE).

Elle a eu la gentillesse de répondre à nos questions lors de la session de formation des ALVE qui a eu lieu au début de ce mois.

Ses réponses très nourries apportent un bel éclairage sur l’intérêt et la plus-value incontestables de l’ALVE.

Bonne lecture !

2015.10.01-ALVE-Jour2-043

  1. Pourquoi avez-vous choisi d’accueillir un ALVE ? 

Il est toujours intéressant d’avoir au sein d’un établissement la présence d’un locuteur natif, originaire d’un pays dont on enseigne la langue. Pour les professeurs, l’assistant est une personne ressource importante, qui assure le lien entre les contenus enseignés et la réalité culturelle, civilisationnelle et linguistique de son pays. Il apporte sa jeunesse et sa façon de penser au sein des équipes pédagogiques. Pour les élèves, il est un ambassadeur de son pays, il éveille toujours curiosité et intérêt. Il est une référence, un modèle à suivre au plan linguistique. Enfin, il peut aussi servir de modèle positif, car il est étudiant, il voyage et est en cours de construction de son parcours professionnel.

  1. Qu’est-ce que cela suppose d’accueillir un ALVE?

Accueillir un ALVE suppose l’envie chez les professeurs de faire profiter les élèves d’une autre approche du travail en langue : intervention de l’assistant au sein des cours de langues pour apports spécifiques, travail par petits groupes ciblé sur certaines activités ou compétences, pédagogie différenciée, intégration de l’assistant dans des projets, petits ou grands, centrés sur les progrès en langue, la préparation de voyages, les défis… L’intervention de l’assistant peut s’étendre également à des cours de disciplines non linguistiques et favoriser les pratiques interdisciplinaires.

En tant que tuteur, on est souvent amené à apporter de l’aide à l’assistant lors de son installation. Et de façon plus générale, on veille à ce qu’il s’intègre socialement et culturellement en lui proposant,  par exemple, sorties, activités, rencontres, et tout simplement en répondant à ses questions. On l’aide à s’adapter à un nouvel environnement, une nouvelle culture.

  1. Avez-vous déjà eu un ALVE les années précédentes ?

Oui, au cours des deux dernières années, nous avons accueilli deux assistantes venant de Londres et ayant étudié respectivement à l’Université de Warwick et à University College London. L’une était d’origine polonaise et participait au club ‘magazine’ du lycée. Elle avait déjà beaucoup voyagé et eu l’occasion d’enseigner l’anglais à l’étranger. Elle parlait quatre langues. L’autre  était d’origine russe, spécialisée en théâtre, et parlait aussi quatre langues, dont l’allemand et le russe couramment.

  1. Quelle plus-value ?

L’emploi d’un assistant permet incontestablement aux élèves d’avoir une pratique plus approfondie et plus individualisée de la langue, d’être en contact avec une langue authentique, et d’avoir un autre ‘modèle’, d’autres références que ses professeurs. Par le biais des différentes activités l’impliquant, les élèves découvrent que l’assistant est une personne ressource qui enrichit leur parcours scolaire et qui peut aussi être proche d’eux.

Par ailleurs, l’assistant se révèle très souvent avoir des compétences qui profitent aux enseignants et aux élèves, comme la connaissance d’un domaine particulier (scientifique, artistique…) pouvant être mis en œuvre dans une séquence ou au sein du lycée, ou encore une aisance dans le maniement de certains outils technologiques ou autres, qui aide à la réalisation de tâches ou de projets.

Dans notre lycée, il motive également le personnel en animant un club de conversation une heure par semaine.

Naturellement, sa simple présence est synonyme d’ouverture sur le monde, sur l’autre, sur l’étranger.

  1. Quel projet(s) avec l’assistant y compris au bénéfice de  l’ouverture à l’international ?

Cette année, l’assistant devrait intervenir dans un projet global d’amélioration des compétences en langue des élèves : en fournissant des apports spécifiques en classe et en travaillant en co-animation avec le professeur, en travaillant des compétences particulières en petits groupes et en préparant individuellement les élèves aux examens.

Il devrait aussi co-animer un atelier sur le débat en anglais au sein d’un groupe de 1ère euro-caribéenne, en vue de la participation des élèves au concours académique (2016 High School Debating Contest).

Il devrait apporter sa contribution à la rédaction du magazine multilingue du lycée.

Enfin, il devrait intervenir dans des cours de DNL (management et physique-chimie) lors d’activités visant à faire découvrir des applications de ces disciplines en contexte anglophone. Il participera à la préparation aux voyages prévus pour les sections euro-caribéennes (Floride et Trinidad).

Une année qui s’annonce bien remplie !…

Formation socioculturelle

Accueil et formation des assistants de langue 2015

Jour 3 – Formation socioculturelle

Vendredi 2 octobre 2015

  Les 43 assistants de langues affectés en Martinique cette année scolaire arrivent des pays anglophones (Grande-Bretagne, Etats-Unis, Irlande, Canada, Ste-Lucie), lusophones (Brésil) et hispanophones (Espagne).

La journée a commencé par la présentation de la Martinique: son histoire, ses beautés, ses traditions, ses couleurs, ses particularités.

2015.10.02-ALVE-Jour3-002

Une sensibilisation aux risques majeurs leur a permis de prendre la mesure des caractéristiques climatiques de l’île.

2015.10.02-ALVE-Jour3-006

Ils ont pu ensuite bénéficier d’une leçon interactive d’initiation à la langue créole.

2015.10.02-ALVE-Jour3-015
Plusieurs ateliers de découverte de la Martinique on été organisés.

Un atelier a été dédié à la gastronomie martiniquaise et les assistants ont  préparé un plat traditionnel : le féroce d’avocat, qu’ils ont pu déguster avec tous leurs collègues.
2015.10.02-ALVE-Jour3-029

2015.10.02-ALVE-Jour3-049

Un savoureux sorbet a été préparé dans un deuxième atelier et a eu beaucoup de succès lors de la dégustation finale.

2015.10.02-ALVE-Jour3-040
Un autre atelier a permis aux assistants d’apprendre une chanson en créole et un autre de s’exercer aux rudiments de cette langue.

2015.10.02-ALVE-Jour3-033

Les assistants de langue ont eu l’occasion de découvrir les magnifiques fleurs de la Martinique par le biais d’un atelier d’art floral. Ils ont réalisé de superbes compositions florales.


2015.10.02-ALVE-Jour3-0222015.10.02-ALVE-Jour3-051

Lors de la restitution des ateliers, la bonne humeur a conquis toute l’audience.

2015.10.02-ALVE-Jour3-0662015.10.02-ALVE-Jour3-0942015.10.02-ALVE-Jour3-105
La journée de formation s’est terminée par une dégustation des jus de fruit locaux, des saveurs martiniquaises, ainsi que des réalisations des ateliers pour le grand bonheur des papilles des assistants qui se sont régalés.

2015.10.02-ALVE-Jour3-126

Formation pédagogique

Accueil et formation des assistants de langue 2015

Jour 2 – Formation pédagogique

Jeudi 1 octobre 2015

La deuxième journée de formation a réuni les assistants et leurs tutrices et tuteurs sur les aspects pédagogiques, didactiques sous la houlette des corps d’inspection de langue ou de leur représentant.

2015.10.01-ALVE-Jour2-001

Le matin a débuté avec une séance d’informations sur le système éducatif français et ses spécificités dans le second degré.

Un focus a été fait sur les textes officiels qui régissent l’enseignement des langues vivantes, ainsi que sur le rôle et les missions  de l’assistant de langue et du tuteur.

Plénière : diaporama des Inspecteurs

2015.10.01-ALVE-Jour2-013

Les assistants ont eu l’occasion de faire connaissance avec leurs tutrices et tuteurs et échanger sur les aspects logistiques, pédagogiques afin de faciliter leur intégration dans leurs établissements d’affectation.

2015.10.01-ALVE-Jour2-043

Plusieurs ateliers pédagogiques ont été organisés par langue pour les tuteurs sur les problématiques suivantes  :

– Comment intégrer l’assistant de langue dans sa progression ?

Quel projet mener avec l’assistant de langue ?

2015.10.01-ALVE-Jour2-051

Pour les assistants, les questions abordées ont été :

Qu’est-ce que la semaine d’intégration ? Que faire pendant cette semaine ?

Quelle prise en main de la classe?

2015.10.01-ALVE-Jour2-030

Quel projet avec la classe? Quelle méthodologie?

2015.10.01-ALVE-Jour2-055

Des témoignages des anciens assistants et tuteurs ont permis aux nouveaux de mieux comprendre leur rôle et leur mission.

2015.10.01-ALVE-Jour2-066

Une restitution des travaux en séance plénière a eu lieu et a clôturé cette journée de formation.

2015.10.01-ALVE-Jour2-074

 

Formation Assistants de langue

Accueil et formation des assistants de langue 2015

Jour 1 – Formation administrative et financière

Mercredi 30 septembre 2015

 L’Académie de la Martinique accueille  cette année 43 assistants de langues anglophones, hispanophones et lusophones. Ils sont affectés d’octobre à avril au sein  une soixantaine  d’établissements du premier et du second degré.

2015.09.30-ALVE-Jour1-012

Ces assistants dont le rôle  pédagogique revêt une importance accrue quant à l’amélioration des compétences linguistiques et culturelles des élèves, sont accompagnés au sein des établissements par des enseignants tuteurs.

Dans le cadre de la démarche qualité préconisée par le Ministère de l’Education Nationale, la Délégation Académique aux Relations Européennes et Internationales et à la Coopération sous l’autorité des corps d’inspection a organisé un stage d’accueil et de formation du 30 septembre au 2 octobre 2015.


Le premier jour de la formation, les assistants ont été accueillis par des élèves du BTS tourisme du Lycée de Bellevue dans chacune des langues maternelles (anglais, espagnol, portugais) et en créole. Chaque assistant a reçu un cadeau de bienvenue.

2015.09.30-ALVE-Jour1-005
Des représentants du Comité Local pour le Logement Autonome des Jeunes Martiniquais (C.L.L.A.J.) ont informé les assistants sur leurs droits et devoirs en tant que locataire. Ils leur ont proposé un accompagnement  dans leurs démarches de recherche de logement, de signature du bail en ayant mis en exergue les spécificités de la législation française à ce propos.

2015.09.30-ALVE-Jour1-023

Des représentants de la M.A.I.F. sont intervenus sur les questions liées à la responsabilité civile de l’enseignant.

2015.09.30-ALVE-Jour1-030
La Division du Personnel du rectorat a présenté les procédures administratives et financières liées à leur installation dans les établissements d’affectation,  la question de leur salaire, de leur affiliation à la sécurité sociale et à la demande de visa long pour les assistants non européens.