Témoignage tutrice ALVE

 L’assistant de langue vu par l’enseignant

Continuons notre série avec Ainhoa PACIFICO, professeure d’espagnol au Collège J. Lagrosilière de Sainte-Marie qui témoigne de son expérience avec l’assistant de langue vivante :

ainhoa1

 

  1. Pourquoi avez-vous choisi d’accueillir un ALVE ? 

L’intervention d’un ALVE dans les classes de langue étrangère permet aux élèves de se rendre compte de la réalité de la langue qu’ils apprennent. Ils rencontrent quelqu’un d’un pays étranger qui leur fait part de sa vie «ailleurs» et leur montre une autre façon de vivre. Aussi, cela permet aux élèves d’entendre la langue « en direct».

  1. Qu’est-ce que cela suppose d’accueillir un ALVE?

Certains collègues me demandent souvent à quoi ça me sert d’avoir un assistant, puisque je suis espagnole moi-même. Et bien, c’est simple : les accents changent en fonction de la région d’origine. Les élèves sont trop habitués à ma façon de parler et cela leur fait du bien d’entendre une autre personne. Aussi, je suis leur professeur et ce n’est pas la même approche de la langue. L’assistant est là pour apporter une dimension culturelle que, bien souvent, nous laissons de côté pendant les cours par manque de temps.

  1. Avez-vous déjà eu un ALVE les années précédentes ?

Oui, Sergio est déjà le 4ème assistant avec lequel j’ai la chance de travailler.

photo-souvenir

  1. Quelle plus-value ?

L’intervention de l’assistant permet d’appréhender l’apprentissage de la langue autrement, en lui donnant une dimension culturelle et en apportant une authenticité aux enseignements.

  1. Quel projet(s) avec l’assistant y compris au bénéfice de  l’ouverture à l’international ?

Au début, je n’avais pas de projet pour les assistants, mais je me suis vite rendu compte que son intervention auprès des élèves n’était pas aussi intéressante qu’elle le devrait, surtout au collège. C’est pourquoi, depuis 2 ans, on enchaîne les petits projets avec eux. On les change chaque année et on s’améliore au fur et à mesure (en tout cas je l’espère).

Je suis particulièrement satisfaite et fière du travail que l’assistante de l’année dernière a réalisé avec une classe de troisième, un projet qui portait sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, dont ils ont créé un « google maps ». Les élèves ont travaillé en collaboration avec un collège de Madrid, où chaque élève avait son correspondant, et il y a eu même de rencontres virtuelles sur Skype. http://intercambioespagno.wix.com/doscaminosundestino?fb_ref=Default.

Seul point « négatif », nous n’avons pas eu le temps de finir la carte interactive avant le départ de  Virginia, l’assistante; Avril est arrivé si vite… ! J’espère que les élèves ont gardé le contact avec leurs correspondants…

Cette année nous avons 2 projets en vue : un « voyage virtuel » en Espagne pour connaître les fêtes et la gastronomie de plusieurs villes, et la création d’un jeu de société sur l’Espagne, sa langue et sa culture.

Je pense que notre assistant dispose de tous les ingrédients pour réussir son année: une salle informatique à sa disposition, des élèves motivés et des projets motivants pensés pour lui et avec lui… .

A Sergio de jouer maintenant. Je lui fais confiance !