Archives de catégorie : Séjours linguistiques et culturels

VOYAGE PÉDAGOGIQUE DANS LA CARAÏBE

Du 17 au 24 mars 2017, un groupe de 21 élèves de 5ème du Collège Joseph Lagrosillière est parti dans la Caraïbe, à la rencontre des habitants des îles voisines, à la découverte de leur histoire, leur culture et leur mode de vie.

Nous sommes partis sur une croisière, car c’est le moyen le moins cher et le plus pratique de visiter plusieurs pays en une semaine. De plus, le parcours s’adaptait parfaitement à notre projet interdisciplinaire.

Notre voyage est né d’un EPI de langues vivantes sur les cultures de la Caraïbe, et notamment sur la thématique de la musique et la gastronomie.

Avant de partir, les élèves avaient travaillé en cours sur différents aspects de ces cultures en créole, en anglais et en espagnol.

Pendant le voyage, nous avons aussi inclus les sciences, (étude des plantes locales et leur utilisation, et l’application des cours de mathématiques dans la vie courante). Nos accompagnateurs (professeurs de SVT et Maths) ont voulu participer à l’aspect pédagogique du voyage, merci collègues !

Notre parcours : Guadeloupe, Saint-Martin, République Dominicaine, Saint-Kitts, Antigua.

Dans chacune de ces îles, nos élèves ont eu l’occasion de visiter des lieux historiques, de déguster des plats traditionnels et de prendre des cours de danse.

Découverte du Gwo Ka et cours de danse en Guadeloupe
Renseignement du carnet de bord dans les trois langue concernées

Tout au long du voyage, les élèves ont rempli un carnet de bord dans les 3 langues concernées et sur les thématiques travaillées (créole, anglais, espagnol,- musique et gastronomie-  mathématiques et SVT).

Pour ce faire, ils ont dû approcher les habitants et poser des questions en langue étrangère. Le temps libre a été rare et bien rempli: tout moment était bon pour travailler!

 

Sur le bateau, les élèves ont été emmenés à utiliser la langue étrangère pour communiquer, puisque sur 1500 membres de l’équipage, on ne compte que 7 francophones à bord. La communication s’est donc faite en anglais ou espagnol. 

Communication en Anglais ou Espagnol avec le personnel navigant

Bilan très positif de cette semaine riche en découvertes et rencontres, où les élèves ont été acteurs de leur apprentissage à tout moment.

 

London, This Lovely City

Séjour à Londres de la section européenne du Lycée Acajou 1

Nous avons une devinette à vous soumettre:

  • Mon premier est une série d’actions en chaîne avec un objectif bien précis
  • Mon deuxième se vit en direct
  • Mon troisième se décline sur le mode de la communication et de la diffusion
  • Et mon tout, comme dans la chanson, fait des souvenirs

Nous sommes persuadés que vous avez trouvé. Il s’agit d’un voyage pédagogique et culturel, en l’occurrence celui de la Section Européenne du Lycée Acajou 1 à Londres en février 2017, soit un groupe de lycéens en première et terminale encadrés par Mmes Bazin, De Chavigny-Michalon et Mr Cage.

Il y en eut des ventes de gâteaux et autres actions en tous genres menées afin de récolter des fonds. Les temps sont durs. Il fallait bien tout cela pour espérer partir. Et puis, le grand jour vint. Pour certains d’entre nous, une légère appréhension se mêlait à l’excitation.

Après un long voyage, nous étions enfin à Londres. Oublié le décalage horaire, envolée la fatigue du trajet en avion et en train Eurostar. A nous Londres! La capitale britannique ne nous a pas déçus. C’est une merveille de contrastes : les édifices des temps jadis: Big Ben, Westminster, Buckingham Palace et beaucoup d’autres encore côtoient les immeubles modernes aux allures futuristes comme le Gherkin, le Walkie-Talkie ou London Eye. Le British Museum et les splendeurs de Queen’s House à Greenwich n’ont laissé personne indifférent.

Devant le Crystal

De manière générale, les participants furent ravis de découvrir des monuments célèbres. Cependant, c’était bien aussi de sortir des sentiers battus et de visiter l’éco-quartier de Bedzed, de se faire une idée des défis que des mégalopoles telles que Londres auront à relever en matière d’environnement et gestion des ressources. Il y eut aussi une sortie au théâtre dans le West End. Certes, la météo ne fut pas de la partie. Nous étions souvent transis de froid. Mais quel bonheur d’explorer cette ville extraordinaire!

19 princelet Street

Alors, chacun a fait provision de souvenirs pour les partager ensuite avec les parents d’élèves et la communauté scolaire du Lycée Acajou 1. Le moment de partage organisé le samedi 25 mars au lycée a prolongé le plaisir. A écouter les participants dévoiler leurs souvenirs, nul doute n’était permis. Les élèves avaient déjà, dans leur carnet de voyage, confié se réjouir des nouvelles connaissances qu’ils allaient pouvoir valoriser dans certaines disciplines. Le 25 mars, des lycéens qualifiés habituellement de discrets, osèrent sous le regard ébahi de leurs enseignants et de leurs parents sortir de leur réserve. Les yeux brillants, c’est avec entrain qu’ils racontèrent telle ou telle anecdote ou un fait culturel les ayant marqués.

 

Diaporama retraçant le séjour

Quelques élèves devant une partie de leurs travaux

Le séjour à Londres du 19 au 28 février 2017 fut vraiment intense. D’ailleurs, ce sont les élèves qui en parlent le mieux. Laissons- leur donc le mot de la fin:

«  Je suis consciente de la chance que j’ai eue de visiter cette ville extraordinaire. C’était incroyable. J’ai vu des choses que j’avais toujours rêvé de voir comme Big Ben, par exemple » (Linsay)

«Ce n’était pas mon premier voyage à Londres Pourtant, cette ville me surprendra toujours. J’ai préféré  […] le British Museum qui prouve l’immense richesse culturelle et commerciale de Londres. Le fait de découvrir la vie dans les petits quartiers et dans la banlieue ainsi que le fait de s’intéresser au passé, présent et futur de Londres ont rendu le voyage encore plus intéressant.» (Loïck)

«La prestation était plus que complète. J’ai pu rencontrer des gens formidables. J’ai aussi appris à me surpasser. […] C’est une expérience à faire, à vivre et que je n’oublierai pas de sitôt.» (Kélydiane)

«J’ai constaté que j’ai amélioré mes capacités d’écoute et d’expression en anglais» (Elodie)

«Nous avons appris à vivre ensemble, à nous côtoyer et même à tisser des liens avec des nouvelles personnes. Cela nous a également donné l’occasion d’enrichir notre culture, notre connaissance de l’histoire de Londres ainsi que notre vocabulaire grâce aux différentes visites guidées.» (Le groupe de 1ère Section Européenne)

London is definitely a lovely city! (Londres est vraiment une belle ville!)

Dominique BAZIN

Coopérer avec CUBA dans le domaine éducatif quelle plus-value ?

Coopérer avec Cuba, quelle plus-value ?

Le Mardi 23 Mai s’est déroulé un séminaire autour de Cuba à l’occasion de la semaine des langues vivantes dans l’Académie de la Martinique. Plusieurs enseignants notamment d’espagnol s’étaient réunis afin de s’interroger sur la question suivante : Coopérer avec Cuba dans le domaine éducatif, quelle plus-value ?
La DAREIC avait réuni sept intervenants à cette occasion. Après l’ouverture du séminaire par Catherine Ciserane (Dareic) et Joël Chambertin (IPR Espagnol), un récapitulatif du système
cubain ainsi que de ses spécificités a été présenté tout d’abord par la directrice de l’Alliance Française de Santiago de Cuba sous format vidéo puis compléter par Inès Mansuela, service civique chargée de mission à la DAREIC.
Les interventions sur le système éducatif ont permis à l’assistance de comprendre : l’importance de l’éducation pour le gouvernement cubain, les politiques éducatives menées
pendant près de 50 ans, ainsi que les réussites du système éducatif cubain à l’échelle
internationale.
Lire la suite

Après l’éducation, Michel Manuel, passionné de Cuba et ancien directeur de cabinet du rectorat  a présenté les différentes approches de collaboration avec Cuba. Tout d’abord il a
rappelé les caractéristiques géographiques, sociales, politiques et économiques de l’île à prendre en compte pour une meilleure coopération. L’exemple de la complexité géographique de la Havane par rapport à la Martinique a été présenté. Coopérer oui, mais
avec quelle Havane ? Il a rappelé que la particularité du découpage de la capitale et de l’île en districts et régions. La complexité culturelle de l’île a également été abordée, Michel
Manuel a présenté quelques études de cas de ses expériences passées.

Afin de compléter le thème de la coopération avec Cuba, Tania Thélineau, chargée de
mission à la Ville du Lamentin qui est jumelée avec la ville de Santiago de Cuba depuis 20 ans
a exposé les différents échanges, expériences et projets réalisés dans le cadre du jumelage.
Elle a présenté les actions réalisées dans les domaines de l’art, du médical, de
l’environnement et de l’éducation. Par exemple, une présentation du projet ADELANTE,
projets éducatif mené par la Ville pour faire venir 11 instructeurs d’art cubains les écoles et
crèches et de la ville afin de partager leur savoir et leur culture. Madame Thélineau a ensuite
invité les enseignants présents à coopérer avec Cuba car selon c’est une expérience plus
qu’enrichissante pour l’Académie.
Voyager à Cuba peut parfois s’avérer difficile, c’est le problème que craignent souvent les
enseignants. Afin de répondre aux doutes et questions des enseignants, Maydelin Marin
Loaces, directrice de l’entreprise COOP’INTER a présenté les différentes modalités à suivre et
les difficultés à prendre en compte pour l’organisation d’un voyage avec des élèves à Cuba.
Parmi les modalités, Mme Marin a expliqué à l’assistance qu’il faut passer par l’organisme
AMISTUR car le Ministère ne s’occupe pas des échanges directement. Les échanges doivent
être faits en suivant une feuille de route bien précise et qui sera indispensable pour tout le
séjour.
Voyager à Cuba est cher, est en effet une seule compagnie assure la liaison Martinique-Cuba
c’est la Cubana de Aviacion qui ne propose que un vol par semaine. Les enseignants devront
donc prendre en compte que la durée minimum du séjour ne sera que d’une semaine. Par
rapport à l’organisation un peu complexe et aux tarifs élevés des hôtels, Mme Marin
conseille de se préparer au minimum un an à l’avance. Il faut donc si possible que les
réservations (hôtel, billet…) se réalisent au moins 8 à 10 mois à l’avance.
Malgré ces complications, Mme Marin a rappelé que voyager avec ses élèves à Cuba c’est
possible, que le voyage se déroule toujours très bien et que les retours et témoignages sont
très positifs.
Pour conclure le séminaire, deux enseignantes du second degré mesdames Gladys Naud et
Françoise Foutou sont venues témoigner de leurs expériences d’échanges avec Cuba.

Les intervenants

Amphithéâtre du lycée de Bellevue
Intervenants :
Catherine Decilap, directrice de l’Alliance Française de Santiago de Cuba (vidéo)
Inès Mansuela, chargée de mission à la DAREIC
Michel Manuel, passionné de Cuba et ancien directeur de cabinet de la Rectrice
Tania Thélineau, chargée de mission au service de relations internationales de la Ville du
Lamentin
Maydelin Marin Loaces, directrice de l’entreprise COOP’INTER
Gladys Naud et Françoise Foutou, professeures d’espagnol

Procédure de déclaration des mobilités collectives internationales pour le 1er degré

Le contexte actuel d’état d’urgence amène à compléter la procédure de d’autorisation de départ en sortie scolaire avec nuitées actuellement en vigueur dans le 1er degré par une déclaration de mobilité sortante à l’autorité académique et une inscription sur le site Ariane du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International.

Télécharger ICI la déclaration de mobilité sortante

Télécharger ICI le tutoriel d’inscription sur le site Ariane

N’oubliez surtout pas de consulter notre page Démarches avant départ

 

Séjour du Club d’espagnol du LGT Gaillard en Espagne

Un séjour linguistique et culturel, c’est une aventure qui commence bien avant le voyage en lui-même. Les professeurs recherchent des fonds et préparent leurs élèves toute l’année qui précède.

Ce fut le cas pour le séjour en Espagne des élèves de seconde du Club d’Espagnol du Lycée Joseph Gaillard qui ont organisé marchés, ventes de gâteaux et autres tombolas pour compléter le budget.

Actions de levée de fonds

 

Du parc Güell à la Sagrada Familia

 

L’hébergement en famille d’accueil, l’inscription à des cours intensifs le matin et les visites culturelles l’après-midi ainsi que le travail demandé aux élèves en aval et en amont ont permis d’optimiser ce court séjour qui s’est déroulé du 21 au  28 mai 2016. En témoignent l’article rédigé par le Club d’espagnol ainsi que les témoignages des élèves que vous pouvez consulter en cliquant sur les liens suivants :

Article PPT du séjour à Barcelone du Club d’espagnol du LGT Gaillard

Témoignages d’élèves séjour à Barcelone du Club d’espagnol du LGT Gaillard

 

 

Séjour linguistique et culturel en Irlande

Si vous n’êtes jamais allé à Dublin, nous vous invitons à vous plonger dans ce retour d’expérience  des classes préparatoires aux grandes écoles de l’Internat de la réussite Condorcet. En effet chaque année, cet établissement organise un séjour d’immersion linguistique et culturelle avec hébergement en famille, cours de langue et travaux de recherche sur la culture locale.

Dublin by night, Samuel Beckett Bridge.
Dublin by night, Samuel Beckett Bridge.

Cette année, 30 étudiants se sont rendus à Dublin du 2 au 24 juillet. N’hésitez pas à consulter  ce carnet de voyage bilingue constitué de reportages thématiques (musique, arts, gastronomie…) et de témoignages d’élèves.

 

Modèle du genre tant dans le montage financier que dans sa réalisation, ce projet sera sûrement source d’inspiration pour l’organisation vos futurs séjours !

Cliquez ICI pour découvrir ce témoignage!

 

Séjour linguistique et culturel du LGT Bellevue en Allemagne

« Max-Windmüller Gymnasium » (ex-GaT), Emden, Allemagne

15 élèves des classes de 2nde et 1ère et de CPGE (1èreannée) se sont rendus à Emden en Allemagne accompagnés de Mme MARTINE-TOTO Isabelle, professeur d’allemand, Mr JACQUES Jean-Michel, professeur de Mathématiques.

cr-allemagne

A droite de l’image, élève du lycée de Bellevue, en immersion pour 1 trimestre chez notre partenaire du « Max-Windmüller-Gymnasium », Emden, Allemagne, septembre 2016.
A droite de l’image, élève du lycée de Bellevue, en immersion pour 1 trimestre chez notre partenaire du « Max-Windmüller-Gymnasium », Emden, Allemagne, septembre 2016.

Après la visite des élèves du « Max-Windmüller Gymnasium » (Ex-GaT, Emden) en Martinique du 28 février au 8 mars 2016 et notre voyage de retour du 28 avril au 10 mai 2016, voici les conclusions qui ressortent de ce projet dont nous rappelons les différents objectifs qui avaient été fixés pour nos élèves du lycée Général et Technologique de Bellevue et qui ont été atteints : Lire la suite...

  • Elargir la palette de projets inscrits dans la ligne d’ouverture à l’International du Lycée de Bellevue et de l’Académie Martinique.

Sur le plan de l’Ouverture à l’International de Lycée de Bellevue et de l’Académie Martinique, ce projet a permis d’établir des liens durables entre notre région et celle de la Basse-Saxe, car il a ouvert la voie à un partenariat que les deux partenaires, encouragés par leurs chefs d’établissement respectifs, Mme Chantal DAUX et  Mr Eric TAPPER, souhaitent pérenne sur une décennie, à raison d’un échange tous les deux ans. Le prochain devant avoir lieu lors de l’année scolaire 2017-2018.

De plus, notre partenaire du « Max-Windmüller Gymnasium » a pu, lors de son séjour en Martinique répondre à un projet « ERASMUS+ » piloté par Mme Napol Karine (professeur d’anglais au LGT de Bellevue) et en être partenaire avec 4 autres pays d’Europe.

  • Accéder à un autre environnement européen dont l’économie est lui aussi tourné vers la mer.

Dans la région de Emden, les élèves ont pu se rendre compte à quel point le paysage maritime était différemment exploité que sous nos latitudes tropicales :

A l’occasion de notre premier échange en 2014, les élèves avaient pu découvrir le tourisme insulaire par le développement de la petite hôtellerie et restauration familiale de luxe sur l’Ile de Nordeney, avec mise en valeur des atouts de la côte (promenade côtière aménagée), des bienfaits et produits de la mer (Thalasso et commercialisation de différents types de poisson comme le Hareng notamment).

 Cette fois, en 2016, les germanistes ont pu découvrir, après une marche de 2h30 en partant de la côte à pied en profitant de la marée basse, l’attrait touristique d’une autre île de la Frise Orientale : l’île de« BALTRUM ».

L’activité touristique de cette île, grande comme un mouchoir de poche, est basée essentiellement sur un tourisme choisi qui trouve son intérêt dans la préservation écologique du site : pas de véhicule motorisé, transport à cheval ou à vélo, préservation des sites de plages par un aménagement adapté s’intégrant au paysage et à ses exigences naturelles, très petites restaurations, structures d’hébergement orientées vers le bien-être.

La ville et le port de Hamburg ont été abordés par des visites visant à faire un lien entre l’histoire et le développement d’une des plus grandes villes portuaires d’Europe. La « Speicherstadt » (entrepôts positionnés le long des canaux) témoin de l’activité économique et transatlantique à travers les siècles en est le symbole le plus marquant tant sur le plan historique, culturel qu’architectural.

La ville de Brême, elle aussi à nouveau au programme, a pu mettre en exergue le rôle de la mer et des échanges maritimes dans le développement économique d’une région tout au long de son histoire (colonisation par la Suède, industrie de luxe du café et du chocolat) et ainsi permettre de constater la valorisation positive et constructive des différents échanges historiques et économiques entre la région de Basse-Saxe et les Amériques.

La visite guidée de son Université « Bremer-Universität » et de son pôle de recherche axé vers l’Espace ainsi que son ouverture aux cursus internationaux (Erasmus+) a permis à nos germanistes martiniquais d’aborder la notion de campus universitaire européen, d’appréhender autrement un cursus de formation en lien avec l’espace européen et de visualiser les diverses opportunités qui s’ouvrent à eux en tant qu’acteurs de cet espace.

Brême
Brême

La ville de Groningen (Pays-Bas), voisine d’Emden, a été l’occasion pour nos élèves de découvrir divers courants artistiques de l’espace germanophone et germanique lors de la visite du musée de la ville, de découvrir les aménagements architecturaux originaux (maisons flottantes, digues, constructions subaquatiques) dus à l’emplacement de cette ville sur une terre en dessous du niveau de la mer.

L’Usine de « VOLKSWAGEN » a offert à notre groupe l’occasion de découvrir l’univers de l’industrie automobile et des différentes étapes de fabrication d’un véhicule dont nous sommes en Martinique de fervents acheteurs. Cette entreprise a pu mettre en exergue son outil de production et ses avancées en matière d’amélioration des conditions de travail pour les tâches pénibles, sa capacité à intégrer son personnel, tant ouvriers que cadres, dans le projet d’entreprise : une découverte de la « cogestion » par conséquent.

La visite guidée de l’entreprise familial « Meyer Werft », grand chantier naval de la région situé dans la ville de Pappenburg et qui construit les plus grands bateaux de croisières voguant sur la mer des Caraïbes, a pu familiariser les élèves à l’esprit d’entreprise, aux divers processus de fabrication et de la mise à l’eau des ces géants des mers.

cr-allemagne-11
« Meyer Werft », grand chantier naval
  • Appréhender la vie de ses pairs dans un autre cadre scolaire avec des rythmes et des pédagogies différentes.

Au programme du séjour était prévu deux ½ journées en classe au Lycée du « Max-Windmüller » (Ex-GaT).

Pour la grande majorité des élèves l’accès au lycée se fait essentiellement grâce au vélo.

De ce fait, nos germanistes martiniquais ont pu découvrir les aménagements spécifiques dus à ce mode de déplacement largement répandu dans la ville d’Emden. Cette expérience a permis aux élèves d’appréhender un univers pédagogique autrement doté et fortement orienté sur le numérique (armoires d’ordinateurs dans chaque salle de classe), classes à effectif raisonné, pédagogie linguistique basée sur l’incitation à la prise de parole et la répétition sous forme de jeux linguistiques. L’après-midi est dévoué aux activités personnelles et entre autre sportives aquatiques auxquelles se prête la ville de Emden de part l’aménagement de son territoire.

  • Faciliter l’apprentissage et la pratique de l’idiome étudié en classe par l’immersion.

Du fait de l’immersion en famille d’accueil sans autres francophones et en lien avec son partenaire, nous avons pu constater une attitude plus confiante des germanistes quant à leur aptitude à s’exprimer dans une langue encore estampillée comme élitiste, voire inaccessible ou encore inopportune par les ressortissants de notre région.

Les élèves ont ainsi pu vérifier leur capacité à s’ouvrir à une structure langagière indo-européenne différente de l’anglais, l’espagnol ou le portugais et dont la maîtrise ne demande qu’un peu d’exercice et d’ouverture à la différence.

Gain collatéral par conséquent, en ce qui concerne l’estime de soi, d’autant plus que le cadre familial a permis, au quotidien et à tout un chacun, d’être mis au centre de l’apprentissage de l’idiome de son choix.

Ce bénéfice a pu se vérifier au retour, en classe, pour tous les germanistes ayant participé au programme d’échange avec une production d’exposés en langue allemand de très bon niveau.

  • Tisser des liens durables dans le pays partenaire dans le cadre de l’Amitié franco-allemande selon le « Traité de l’Elysée ».

Cet échange, alors à son premier banc d’essai en 2014, avait déjà permis de faire émerger des amitiés sincères tant entre les enseignants qu’entre les élèves français et allemands.

En 2016, le succès de ce partenariat se traduit par l’immersion de 4 de nos élèves martiniquais pendant la durée d’un trimestre ( du 28/07 au 28/10/2016) au lycée du « Max-Windmüller » dans le cadre du programme individuel d’échange « Brigitte Sauzay » subventionné par l’OFAJ (Office Franco-Allemand pour la Jeunesse). Le lycée de Bellevue accueillera par conséquent et dans ce cadre les 4 partenaires allemands, pour une durée équivalente d’un trimestre, à partir du 28/10/2016.

A droite de l’image, élève du lycée de Bellevue, en immersion pour 1 trimestre chez notre partenaire du « Max-Windmüller-Gymnasium », Emden, Allemagne, septembre 2016.
A droite de l’image, élèves du lycée de Bellevue, en immersion pour 1 trimestre chez notre partenaire du « Max-Windmüller-Gymnasium », Emden, Allemagne, septembre 2016.

Force est de constater, une fois de plus, que rien ne vaut les échanges culturels et linguistiques pour abaisser les barrières et les aprioris en faisant table rase des préjugés et blessures respectives.

  • Développer un partenariat sur le long terme avec un lycée allemand afin d’élargir l’offre pédagogique en classe d’allemand.

Le désir de part et d’autre est de voir réitérer une telle expérience en l’enrichissant sans cesse et de la prolonger sur une décennie, soit jusqu’en 2023.

L’objectif est  que chaque cru de germanistes inscrit au Lycée de Bellevue puisse bénéficier de cette offre pédagogique en situation avant les épreuves du Baccalauréat dont les épreuves orales en LV comptent pour 50% de la note finale.

Le Professeur d’allemand et chef de projet

Isabelle MARTINE-TOTO

APPELS A PROJETS ET DEMANDES DE SOLDE CTM

 

Les campagnes d’appel à projets  pour les demandes de subvention et de solde pour les séjours linguistiques et culturels et pour les stages sont ouvertes jusqu’au 30 septembre.

Cliquez sur la campagne qui vous intéresse.

Demande de subvention à la CTM pour les Séjours Linguistiques et Culturels

Demande de solde à la CTM pour les Séjours Linguistiques et Culturels

Demande de subvention à la CTM pour les stages

Demande de solde à la CTM pour les stages

Séjour du Collège Aimé Césaire aux Etats-Unis

Un parcours d’arts et de culture

Du 8 au 16 mars 2016, 16 élèves de 3e du Collège Aimé Césaire ont séjourné aux Etats-Unis dans le cadre d’un voyage pédagogique en interdisciplinarité, encadrés par 4 de leurs professeurs.

Empire State Building-crop
Visite de l’Empire State Building à New-York

Un programme qui se voulait à la fois scientifique, avec une visite conférence à l’ONU avec M. Selwin Hart, le Directeur de l’Equipe de soutien du Secrétaire Général autour des questions sur le changement climatique et son impact sur nos îles, mais aussi culturel avec des visites des lieux emblématiques de la ville (Statue de la Liberté, Empire State Building, 911 memorial) et surtout des musées de la ville.

En compagnie de M. Selwin Hart à l'ONU
En compagnie de M. Selwin Hart à l’ONU

Les élèves ont pu ainsi découvrir le Musée de l’Immigration de Ellis Island, le Museum of Natural History et son Titanosaure. Au Moma (Museum of Modern Art) et au Met (Metropolitan Museum), les élèves ont pu admirer les œuvres d’artistes célèbres (Gauguin, Picasso, Van Gohn, Monet…), étudiées tout au long de leur parcours d’histoire des arts au collège  et ainsi concrétiser leurs apprentissages.

Les Demoiselles d'Avignon, Picasso. Au Musée d'Art Moderne à New-York
Les Demoiselles d’Avignon, Picasso. Au Musée d’Art Moderne à New-York
Campbell's Soup Cans d'Andy Warrol au Musée d'Art Moderne à New-York.
Campbell’s Soup Cans d’Andy Warrol au Musée d’Art Moderne à New-York.

Ils ont aussi pu faire la rencontre de martiniquais basés aux Etats-Unis, notamment l’équipe du CMT (Comité Martiniquais du Tourisme) de New York, Eric Gestel, le chef du Bernardin (3 étoiles Michelin) et leur ancien professeur de mathématiques, enseignante à l’ISB de Boston.

Le séjour intense à New York était en effet suivi d’un séjour à Boston pour un échange avec l’ISB (International School of Boston) un établissement international où ils ont pu être en immersion dans des cours du système américain et français et échanger avec des camarades de 3e.

ISB (International School of Boston)
ISB (International School of Boston)

A Cambridge, une visite de la prestigieuse Ivy League de Harvard leur aura certainement donné envie de poursuivre des études supérieures dans une université nord-américaine.

Un voyage linguistique, culturel, pédagogique et très enrichissant dont les élèves du Collège Aimé Césaire de Fort de France se souviendront toute leur vie!